Retrait de séchage

Retrait de séchage du pisé de confluence.

  • Octobre 2020 -
PNG - 1.2 Mo

Lors de son séchage un mur en terre subit un retrait dans les trois dimensions. Ce retrait est très variable car il dépend de la nature et de la quantité d’argile contenue, en rapport aux autres constituants minéraux et de la quantité d’eau présente au moment de la mise en œuvre.

Durant la construction de l’Orangerie à Confluence, il était intéressant, vu les dimensions de ce bâtiment, de mesurer le tassement réel du pisé.

En mai 2019 alors que les 14 piles du bâtiment atteignaient une hauteur d’environ 6m, nous en avons équipées 8 de cibles au sommet du soubassement et au niveau du plancher du premier étage. Puis en septembre, 8 nouvelles cibles ont été fixées à l’aplomb des premières au sommet du mur.
Ces cibles ont été réparties de la manière suivante (une sur soubassement, une niveau plancher, une arase) : 3 en façade Nord, 1 en pignon Est, 3 en façade Sud, et 1 en pignon Ouest. Donc 8 piles mesurées sur les 14 que comporte le bâtiment. Le géomètre a effectué 15 relevés des déplacements horizontaux et verticaux de ces 8 piles.
Juillet, août, septembre, octobre, novembre, décembre 2019.
Janvier, mars, mai, octobre 2020.

Faites avec cette terre sélectionnée par nos soins pour sa granulométrie, la quantité et qualité de ses argiles, de mai 19 à octobre 20, les piles ont subies un tassement moyen de 0,75 millimètre/m.
(Mesures de 0,53 à 0,96 millimètre sachant qu’une telle précision due au calcul est inutile !)

Ce qu’il faut retenir de telles mesures :

  • Confirmation que l’incorporation d’éléments rigides dans une structure en pisé doit être parfaitement réfléchie avec cette conséquence du séchage.
  • Confirmation que l’habillage ou le remplissage d’une structure rigide est une aberration. http://www.construction-pise.fr/Pise-Porteur
  • Bien penser que ce retrait à lieu dans les trois directions, même si une seule est soumise à la gravité.